« C’est incroyable de me dire que l’ai remportée »

« C’est incroyable de me dire que l’ai remportée »

jeudi 27 juin 2019

Quatrième de la dernière étape, 500 milles entre la Baie de Morlaix et Dieppe, Yoann Richomme, le skipper de HelloWork – Groupe Télégramme, remporte la 50e édition de la Solitaire URGO Le Figaro pour la seconde fois après 2016. Celui qui a également remporté la Route du Rhum Destination Guadeloupe en 2018 rêve désormais de Vendée Globe.

« Content de terminer par une belle étape »
Après 500 milles, avalés en 3 jours et 4 nuits en mer, Yoann Richomme a pris la 4e place de la dernière étape de la Solitaire URGO Le Figaro. Le skipper de HelloWork – Groupe Télégramme a su garder son sang froid et naviguer comme il le souhaitait, s’offrant même le luxe de tenter un coup le long des côtes anglaises, en se détachant de ses concurrents pour rejoindre le Nord. Bien lui en a pris puisque ce classement lui permet également de s’imposer sur la 50e édition de la Solitaire URGO Le Figaro, en coupant la ligne quelques minutes avant ses poursuivants directs : « Je suis content de terminer par une belle étape, qui était très typée ‘Figaro’. La flotte est restée groupée, j’ai pris beaucoup de plaisir ! Et terminer sur un bon résultat légitime ma victoire ».

« C’est incroyable de me dire que je l’ai remportée »
Cette 50e édition aura donné du fil à retordre aux 47 skippers engagés et tenu toutes ses promesses en terme de suspens, étant donné les écarts constatés sur chaque étape et les chamboulements que le classement aura connu : « C’est une édition absolument exceptionnelle, d’un côté avec un niveau de dingue et d’un autre vu le temps passé sur l’eau ». Une énorme satisfaction pour Yoann Richomme, qui effectuait son retour sur le circuit il y a quelques mois et quittait les pontons de Nantes début juin en visant un Top 10 : « C’est sûr qu’on croit toujours en soi, mais j’ai surtout voulu naviguer décontracté, en faisant ma propre navigation et en tentant des coups. C’est tout simplement incroyable de me dire que l’ai remportée une deuxième fois ! »

Seulement 7 mois après sa victoire en Class40 sur la Route du Rhum Destination Guadeloupe, Yoann Richomme souhaite désormais trouver les partenaires qu’il lui manque pour concrétiser son projet Vendée Globe en 2020.

Ils ont dit :
« HelloWork (ex groupe RegionsJob), a souvent hésité à s’associer au domaine de la voile via le partenariat/sponsoring sportif. Les origines bretonnes de la société et d’un certain nombre de collaborateurs, nous poussent naturellement vers ce terrain de jeu. Nous avons eu l’opportunité d’y participer au dernier moment cette année aux côtés de Yoann Richomme sur la course mythique la Solitaire URGO Le Figaro, grâce au Hub by OC Sport et au groupe Télégramme et le résultat est incroyable ! Ce partenariat nous permet de déployer plus largement encore le nouveau nom de la société HelloWork qui est encore jeune, il nous a également permis de fédérer nos collaborateurs et nos clients tout au long du mois de juin autour de belles valeurs et de superbes étapes. Nous sommes tous très fiers du superbe parcours de Yoann, de sa disponibilité et de sa capacité à faire participer l’ensemble de HelloWork et de ses filiales à son aventure sportive ».
Jérôme Armbruster, président de HelloWork

« Tous les salariés et la direction du Groupe Télégramme félicitent et remercient Yoann Richomme pour sa victoire éclatante, qui consacre un grand marin, après sa victoire en 2016 dans la même épreuve et celle remportée en Class40 dans la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en 2018. La victoire de Yoann prolonge avec succès l’action du Groupe Télégramme pour la promotion des talents dans le « circuit Figaro » puisqu’il a soutenu successivement Alain Gautier (victoire d’étape en 1983), Vincent Riou (1997), Nicolas Troussel (1999), Armel Le Cléac’h (victoire dans la transat AG2R en 2004 avec Nicolas Troussel), Charles Caudrelier, ainsi que Yann Eliès et Gildas Mahé ».
Edouard Coudurier, président du Groupe Télégramme

« Remplacer Charles Caudrelier comme Yoann Richomme l’a fait n’était pas une chose facile, mais il a su le faire de manière époustouflante. C’est au-dessus de nos espérances puisque nous pensions qu’il était capable de réaliser de belles choses mais nous n’imaginions pas de tels résultats. Nous sommes extrêmement fiers de sa performance et de toute l’équipe qui est derrière lui, puisque ce sont eux qui lui permettent de s’exprimer sur l’eau ».
Marine Derrien, directrice du Hub by OC Sport

« Parfois, ça ne se passe pas du tout comme prévu »

« Parfois, ça ne se passe pas du tout comme prévu »

Dimanche 22 juin 2019

Le départ de la quatrième et dernière étape de la Solitaire URGO Le Figaro, entre la Baie de Morlaix et Dieppe, sera donné à 16h00 aujourd’hui. 500 milles et deux traversées de la Manche attendent Yoann Richomme et ses 46 concurrents, dans une météo une nouvelle fois incertaine. Le skipper de HelloWork – Groupe Télégramme aborde cet ultime test dans un état d’esprit serein.

« On est dans la poésie totale »
Le scenario de départ s’annonce plutôt bien. Le parcours côtier d’une dizaine de milles dans la Baie de Morlaix, la descente vers Portsall, déjà enroulée deux fois lors des étapes précédentes, puis la première traversée de la Manche en direction des côtes anglaises devraient s’effectuer dans un vent soutenu. C’est ensuite que les choses risquent de se compliquer : « Le Sud de l’Angleterre devient plus qu’aléatoire car ce seront des systèmes orageux et on sait que les orages, ça se crée à un endroit, ça s’ouvre … ». La complexité sera amplifiée par le fait que les figaristes ne disposent pas toujours de toutes les données météorologiques : « Sans météo actualisée à bord, c’est totalement imprévisible, donc on va faire ce qu’on peut, en essayant de se rapprocher du but en permanence. Sur l’eau, un travail assez difficile nous attend ». Et la fin du parcours, lors de la 2e traversée de la Manche pour revenir vers la France, reste elle aussi une énigme: « Là, on est dans la poésie totale, parce que quelqu’un a peut-être compris ce qui allait se passer, mais moi, pas trop ».

« Je n’ai jamais vu ça »
Yoann Richomme s’étonne de telles conditions incertaines : « J’en suis à ma 8e participation et je n’ai jamais vu ça. Tu peux avoir une étape incertaine, mais quatre de suite, c’est corsé ! ». Une situation à laquelle il semble s’être accommodé, alors qu’il quittait les pontons nantais en visant un Top 10. Et il ne compte pas s’arrêter là : « Je vais me battre jusqu’au bout, et si je ne gagne pas, c’est qu’il y en a un autre qui aura été plus fort que moi, mais j’aurais quand même bien profité de cette édition ! ». Le skipper de HelloWork – Groupe Télégramme estime également que cette ultime étape sera « difficile pour tout le monde » et espère que les condition annoncées ne seront pas celles rencontrées, comme cela a pu être le cas précédemment : « Peut-être que ce ne sera pas si dramatique que ça ! De temps en temps, quand tu prévois des scenarios, ça ne se passe pas du tout comme prévu. Ca va encore être une étape intéressante car ça fait partie du jeu. Il va falloir comprendre les systèmes et arriver à s’en sortir dans ces conditions ».

Et il relativise : « On ne part pas non-plus dans un casino total, il y a des choses à comprendre, des base, cela fait partie des outils que l’on doit avoir en tant que navigateur ».
Réponse à Dieppe, à partir de mercredi prochain !