Dernière ligne droite (pas tout à fait droite)

Dernière ligne droite (pas tout à fait droite)

19 novembre 2018

Dans moins de 24 heures, Yoann Richomme aura normalement bouclé les 3 510 milles du parcours de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. C’est donc le dernier coup de collier à donner pour le skipper de Veedol – AIC qui compte aujourd’hui 120 milles d’avance sur son poursuivant direct et qui, sauf avarie ou improbable coup du sort, devrait franchir en vainqueur la ligne d’arrivée dans la catégorie des Class40.

Reste que les derniers milles s’annoncent délicats pour le navigateur. « Au rythme où je vais en ce moment, je serai entre 1h et 5h (heure de Paris), à la Tête à l’Anglais. Cela veut dire que je vais devoir attaquer le contournement de l’île de nuit pour une arrivée de jour. Je risque dont d’avoir une phase de transition pas simple à gérer car la stratégie de nuit (à la côte) n’est pas la même que la stratégie de jour (par le large). Ce n’est généralement pas le genre de décision à prendre à moitié. Il y aura sûrement pas mal d’improvisation », note Yoann qui, dans l’immédiat, continue de débouler à vitesse grand V (entre 13 et 14 nœuds de moyenne). « Les bascules de vent ont l’air de bien s’enchaîner pour moi. C’est top parce que ça raccourci le chemin. C’est un peu bourrin quand même d’autant qu’il y a une grosse houle bien formée. On dévale les pentes, ça fait plaisir, on plante fort dans le creux en bas, c’est nettement moins drôle. On entend les poissons patauger sur le pont une fois reparti, ça fait rigoler ! », détaille le vainqueur de la Solitaire du Figaro 2016 qui commence à décompter le temps. « C’est mon dernier matin en haute mer. J’attaque le rangement pour que Donatien (Carme, son préparateur, ndlr) ne râle pas trop à l’arrivée. Ma chambre n’est pas très propre, comme d’hab, mais pour une fois j’ai l’excuse de manquer de produits ménagers », s’amuse Yoann Richomme.

A moins de 500 milles du but

A moins de 500 milles du but

18 novembre 2018

« 460 milles : go go go ! », se réjouit Yoann Richomme qui voit l’arrivée à Pointe-à-Pitre se préciser.

« L’alizé est bien installé. On a encore fait une bonne nuit à donf et ça a bien fait tomber le compteur de milles. J’ai hâte d’arriver en Guadeloupe et de connaitre le dénouement. Cette Route du Rhum, finalement, elle a commencé il y a un an, alors forcément, j’ai hâte qu’elle se termine et je continue de croiser les doigts pour réussir à offrir une victoire à tous ceux qui ont travaillé avec moi sur le projet », souligne le skipper de Veedol – AIC dont l’écart avec ses deux poursuivants, Phil Sharp et Aymeric Chappellier, reste stabilisé entre 105 et 110 milles.
« L’un et l’autre doivent être bien HS à se tirer la bourre comme il le font depuis des jours. Je les connais bien. Ce sont deux pit-bulls et aucun des deux ne va lâcher avant la fin. De mon côté, je les surveille du coin de l’œil mais je suis plutôt tranquille car ils se trouvent dans mon axe et je file sur un cap proche de la Guadeloupe », assure le navigateur qui continue, par ailleurs, de souffrir de la chaleur. « Cela devient étouffant dans le bateau et brulant dehors. Je ne suis pas trop à mon aise mais je fais avec. J’ai fini tous mes podcasts donc là, je recommence à zéro. Je n’en ai pas assez emporté. D’habitude, j’amène un livre ou deux, histoire de m’échapper un peu mais j’ai tout oublié à la maison avant le départ mais je me console en me disant que l’arrivée est de plus en plus proche », a terminé le leader de la Class40 de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe qui doit, de fait, commencer à sentir les odeurs de la terre.