Dans les alizés !

Dans les alizés !

12 novembre 2018

Cette fois, ça y est : les leaders de la Class40 de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe sont dans les alizés et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça bombarde, ce lundi. Les uns et les autres cavalent, en effet, à plus de 13 nœuds de moyenne.

« Ça va vite ! C’est même violent par moments. Il y a une grosse houle que l’on arrive à surfer parfois pendant près d’une minute à 18-20 nœuds. C’est top mais stressant ! », explique Yoann Richomme, le leader de la flotte, qui a encore accentué son avance, ces dernières 24 heures, la portant de 76 à 98 milles entre 12 heures hier et la même heure aujourd’hui, sur son dauphin. « J’essaye de maintenir un rythme juste au-dessus de mes poursuivants mais je ne veux pas tout casser non plus », détaille le skipper de Veedol – AIC qui programme un premier empannage dans la soirée. « L’idée, c’est de remettre un peu de sud dans ma route pour échapper à l’anticyclone qui redescend », souligne le solitaire qui navigue actuellement à la latitude des Canaries, l’archipel espagnol qui se trouve désormais à 550 milles de son tableau arrière. « Au menu du jour, j’ai pas mal de petits boulots à faire, à commencer par le plein d’essence. Je vais devoir transvaser 40 litres de gasoil de bidons fixés en position au réservoir. Je vais donc forcément devoir ralentir à un moment pour faire ça si je ne veux pas en mettre partout ! Je vais aussi devoir mettre ce fameux aérien, mais ça remue beaucoup donc il faudra peut-être aussi calmer le jeu une heure, le temps de bien le mettre en place », avance Yoann qui se réjouit de retrouver des températures plus agréables. « Maintenant, il fait bon tout le temps, voire même chaud la journée. Les nuits sans lune sont magnifiques, mais c’est difficile d’en profiter tellement ça mouille sur le pont. J’ai toujours un peu toujours l’impression d’être dans un shaker et je ne passe pas beaucoup de temps dehors mais dans l’après-midi, je vais peut-être me faire un peu de barre pour le plaisir », a terminé Yoann Richomme.

Ça sent bon les alizés !

Ça sent bon les alizés !

11 novembre 2018

Ce dimanche, alors qu’il progresse toujours au reaching, à mi-chemin entre l’archipel de Madère et les Canaries, Yoann Richomme compose avec un flux d’ouest assez instable, à la fois en force (entre 10 et 17 nœuds) et en direction (avec des bascules de 20 à 25°).

« Il y avait moins de grains la nuit dernière mais le vent reste effectivement très oscillant et sans aérien, c’est un peu une torture car cela implique de sortir vérifier le réglage des voiles dehors toutes les 15 minutes. En tous les cas, la bonne nouvelle, c’est que ça sent le sud ! », a expliqué ce matin, le skipper de Veedol – AIC, pas mécontent de retrouver des conditions plus douces. « Pour la première fois depuis le départ, je peux naviguer seulement vêtu de sous-couches. Ça fait du bien de pouvoir enlever le ciré d’autant que j’ai eu droit à un lever de soleil magnifique, ce matin », a ajouté Yoann qui s’attend à voir le vent adonner dans la journée, passant alors progressivement du secteur ouest au secteur nord, puis nord-est. « Normalement, je devrais envoyer le petit gennaker en début d’après-midi puis le spi dans la soirée. Ça tombe bien, ils commençaient à s’ennuyer dans leurs sacs ! Clairement, à présent, on sent vraiment la deuxième partie de la traversée approcher. Fini le plantage de poteaux, on passe à la glissade, ce pour quoi nos bateaux ont été conçus ! C’est aussi ça que l’on vient chercher sur ces transats : des conditions de vent portant pendant des jours et des jours ! », a détaillé le navigateur qui se réjouit naturellement de profiter des alizés à venir. « Pour moi, il y a aussi une part de découverte car je ne suis pas sûr du fonctionnement du bateau. Il y a des angles précis à tenir pour optimiser le rapport route parcourue/vitesse du bateau, et cela ne s’invente pas. Il faut avoir de l’expérience sur le support », a souligné le vainqueur de la Solitaire du Figaro 2016, toujours leader de la flotte des Class40 de la 11e Route du Rhum – Destination Guadeloupe, avec 75 milles d’avance sur Phil Sharp et 91 sur Aymeric Chappellier, ses poursuivants les plus proches. « J’ai perdu moins de milles hier que ce que j’avais prévu. Tant mieux. Le moral est donc super bon surtout que je réussi à me reposer et à manger normalement depuis deux jours », a conclu Yoann Richomme qui ne pouvait pas attaquer ce nouveau volet de la course dans de meilleures conditions.